Soutenir l’IMT et ses écolespour former, innover et entreprendre,encourager la recherche etéclairer l’avenir

10 Février 2021

Lancement de la chaire innovation « Bloc OPératoire Augmenté »

Lancée avec le soutien de la Fondation Mines-Télécom grâce au mécénat d’Orange Healthcare, de Medtronic et de Richard Wolf, la chaire BOPA accélère le développement de technologies numériques, en gestation ou bien déjà existantes, qui permettent d’augmenter les sens (la vision, la parole et le toucher) des différents acteurs du bloc. Ces technologies permettront des échanges de meilleure qualité entre les différents acteurs et une collecte éthique très fidèle en temps réel de toutes les données multimodales du bloc, ce qui permettra de mieux identifier et prévenir les erreurs médicales.

La chaire innovation « Bloc OPératoire Augmenté » (BOPA) est issue d’un partenariat entre l’AP-HP et l’Institut Mines-Télécom (IMT). 

Grâce aux travaux menés dans le cadre de cette chaire et grâce au soutien de Orange Healthcare, Medtronics et Richard Wolf, les sens de l’équipe chirurgicale, la vue, la parole et le toucher vont être « augmentés ».

La chaire BOPA est portée par le Professeur Eric Vibert, chirurgien au sein du Centre hépato-biliaire de l’hôpital Paul-Brousse AP-HP, et le Professeur Patrick Duvaut, Directeur de l’Innovation à l’IMT. Elle identifie les problèmes du bloc opératoire et y apporte des solutions humaines et technologiques : transformer le rapport à l’erreur en chirurgie et augmenter les professionnels en accélérant l’utilisation du numérique au bloc opératoire. En modernisant humainement et technologiquement le bloc opératoire, les acteurs de BOPA veulent transformer l’analyse et l’apprentissage de l’acte chirurgical. La chaire s’inscrit par ailleurs plus largement dans la continuité de la réorganisation de l’innovation à l’AP-HP.

Du bloc opératoire factice au bloc opératoire du Centre Hépato-Biliaire

Ces dispositifs d’aide à l’amélioration des pratiques sont testés au sein d’un espace de 158 m2 – incluant un « bloc opératoire factice » – mis à disposition par l’hôpital Paul-Brousse AP-HP. Ils sont finalisés puis rapidement validés au bloc opératoire du Centre Hépato-Biliaire, qui est le premier centre de transplantation hépatique en France.

Les solutions expérimentées sont ensuite diffusées au sein de l’AP-HP, dans l’ensemble des disciplines chirurgicales, adultes et pédiatriques. Dans cette perspective, les équipes de la chaire travaillent en étroite collaboration avec le Professeur Sabine Sarnacki, cheffe du service de chirurgie viscérale et urologique pédiatriques de l’hôpital Necker-Enfants malades AP-HP, le Professeur Souhayl Dahmani, chef du département d’anesthésie-réanimation de l’hôpital Robert-Debré AP-HP, et le Docteur Geoffroy Canlorbe, du service de chirurgie gynécologique et mammaire de l’hôpital Pitié-Salpêtrière AP-HP.

Découvrez la chaire BOPA en images

BOPA s’articule autour de six blocs systémiques : le Bloc Human Factor, le Bloc Viz, le Bloc Bot, le Bloc Light, le Bloc Touch et le Bloc Box (par analogie avec la boîte noire en aéronautique). Ils couvrent les domaines de la communication entre chirurgien et patient, la captation d’images chirurgicales, l’analyse du langage naturel dans le bloc opératoire, la réalité augmentée par l’utilisation de jumeaux numériques ou de la lumière fluorescente, la robotique collaborative ou cobotique (conception de robots collaboratifs) et la protection des données du bloc et des patients.

Une plus grande précision du geste

Ces outils permettent une plus grande précision du geste en couplant par exemple des jumeaux numériques d’organes qui reproduisent la déformation des tissus en fonction des mouvements du chirurgien sur l’organe réel avec des cobots développée par la start-up Moon Surgical. Parmi les autres projets en cours de développement, la chaire BOPA élabore également, avec la société Lettria, un agent conversationnel (ou « chatbot ») et un dispositif permettant d’analyser la vision du chirurgien pendant l’intervention.

La collecte de données et la captation d’images permettent par ailleurs d’enrichir les protocoles et de retracer, pas à pas, les étapes d’une intervention, tout en facilitant la transmission des connaissances auprès des chirurgiens en formation, des professionnels de santé et des patients. Ces derniers pourront mieux appréhender le contexte de leur intervention.

Un écosystème innovant d’acteurs

À l’image des recherches sur la chirurgie d’aujourd’hui qui s’ouvrent sur d’autres disciplines, les équipes de BOPA collaborent dans le domaine des sciences humaines avec l’école Institut Mines-Télécom Business School et la Chaire Humanités et Santé de la CNAM. Dans le domaine des technologies, elles travaillent, en plus des écoles de l’IMT (IMT Atlantique, Télécom Paris, Télécom SudParis et Mines Saint-Etienne), avec l’INRIA. Un partenariat avec Bpifrance se met également en place afin notamment de faciliter la sélection de start-ups pouvant répondre à des besoins identifiés en innovations numériques.

Cet écosystème collaboratif, composé d’étudiants, d’industriels, de start-up, de chercheurs de toute discipline, de chirurgiens, d’anesthésistes, et d’infirmiers de bloc, permet d’accélérer le cycle de mise en usage ou sur le marché de nouvelles technologies, et de nouveaux protocoles, dans le respect des règles qui régissent la propriété intellectuelle.

Les travaux de la chaire innovation impliquent des partenaires technologiques à la pointe de leur secteur. BOPA est financée par la Fondation de l’AP-HP et la Fondation Mines-Télécom, grâce au mécénat de Sham (groupe Relyens) et Boston Scientific Foundation Europe d’une part, et d’Orange Healthcare, Medtronic et Richard Wolf d’autre part. Ils soutiennent le projet pour quatre ans et s’engagent chacun à verser chaque année des contributions pour un montant de près de 200 000 euros.

À cela s’ajoute un mécénat de compétences et en don de matériels de Getinge et de Capgemini Invent.

Faites un [ don ]

Pourquoi nous soutenir ?

Depuis sa création la Fondation a notamment versé plus de 600 bourses, soutenu plus de 160 thèses et financé plus de 100 start-up. Tout cela n'est possible que grâce à votre soutien.

JE FAIS UN DON

Collecté depuis2015

37,8M€