Soutenir l’IMT et ses écolespour former, innover et entreprendre,encourager la recherche etéclairer l’avenir

04 Avril 2019

Rencontre avec Gonzague Dejouany, grand donateur de l’Académie franco-allemande pour l’Industrie du Futur

La Fondation Mines-Télécom a souhaité accompagner l’Académie franco-allemande pour l’industrie du futur, projet stratégique de l’IMT dans une nouvelle étape de son développement, en fédérant un club de partenaires industriels. En décembre dernier, elle réunissait à la résidence de l’Ambassadeur d’Allemagne en France, treize grandes entreprises afin de leur présenter ce projet et son Club des partenaires. Ce club de partenaires a déjà trouvé son ambassadeur. Gonzague Dejouany est le tout premier donateur particulier à s’engager sur ce projet. Il nous explique pourquoi. 

Pourriez-vous nous dire quelques mots sur vous et votre parcours ?

Ayant eu moins de la moyenne en allemand au concours d’entré à Science Po Paris, j’ai décidé de partir étudier les sciences économiques en Allemagne. Puis, c’est la Chute du Mur de Berlin et les années s’enchaînent dans ce pays où je noue des amitiés solides. Depuis, j’ai toujours travaillé, de près ou de loin, avec ce pays. Après quelques 20 années passées chez VEOLIA et EDF, dernièrement au poste de CEO Allemagne à Berlin, je suis rentré en France pour y créer Nesting. Nesting est une société franco-allemande d’accompagnement de start-up. Cette année, je monte avec un fonds d’investissement français le premier fonds franco-allemand d’innovation : ALHAMBRA, Smart City Innovation Fund qui viendra soutenir et développer les champions européens de la ville de demain, durable et digitale. Énergies, mobilité, smart infrastructures et gestion des flux urbains de toute nature seront le cœur des métiers d’ALHAMBRA.

Pourriez-vous nous parler de votre attachement et engagement dans les relations franco-allemandes ?

J’ai créé en 2012 le Cercle Économique franco-allemand à Berlin, plateforme d’échanges du monde économique et politique de nos deux pays. En rentrant à Paris en 2016, j’ai récidivé en créant « Ensemble, l’énergie positive franco-allemande », think tank destiné à remettre quelques propositions concrètes de modernisation de cette coopération en vue du nouveau Traité d’Aix-la-Chapelle signé le 22 janvier dernier. A ce titre, j’ai soutenu activement la promotion de la création d’un droit européen des affaires et par construction d’un droit franco-allemand commercial. Depuis la signature du traité d’Aix-la-Chapelle, je milite pour le développement d’initiatives concrètes qui bénéficient à l’innovation dans nos deux pays. Soyons clairs : il n’y a pas d’Europe sans axe franco-allemand solide et puissant. Et vice versa. C’est ADNien. Le seul niveau d’envergure à la hauteur de nos ambitions se situe à l’échelle européenne. C’est pour ça aussi que je publie en juin prochain un livre sur l’Europe dont la seule ambition sera de nous interpeller ce que nous souhaitons vraiment pour notre prospérité à venir. « Le Syndic ou la fabuleuse histoire des Européens » aux Éditions Ramsay.

Pourquoi avoir choisi de soutenir l’Académie Franco-Allemande pour l’industrie du futur ?

C’est simple : les mots clés qui sont la colonne vertébrale de mon travail et de mon engagement sont dans le nom de votre structure. Il nous faut en Europe des dispositifs puissants de soutien et d’accompagnement de l’innovation pour garder, voire améliorer notre excellence européenne en savoir-faire technologique. Pour cela, il faut se bouger et trouver les moyens financiers nécessaires pour que nos talents restent et prospèrent en Europe tout en vendant dans le reste du monde. Vous y œuvrez, je veux y participer à vos côtés.

Quelle forme prendra votre engagement dans les prochains mois ?

En plus de ma contribution en tant que grand donateur, mon engagement s’articulera tout d’abord autour de la promotion de l’Académie franco-allemande auprès de mes réseaux privés et publics : répandre partout où c’est possible le nom et l’activité de l’Académie ; expliquer la nécessité vitale, je dirais même la dimension de salut public, que constitue le triptyque recherche-innovation-économie, qu’il faut le développer, le financer et l’européaniser. Être un ambassadeur de l’Académie en quelque sorte.
Aussi je souhaite contribuer à l’émergence des scales-ups en mettant en relation les startups, que l’Académie accompagne entre nos deux pays, avec des investisseurs potentiels.
Enfin, en me basant sur mon expérience du franco-allemand, je vais jouer un rôle de conseil auprès des porteurs du programme à l’IMT afin de contribuer au développement de cette belle réalisation autant politique qu’économique.

Faites un [ don ]

Pourquoi nous soutenir ?

Depuis sa création la Fondation a notamment versé plus de 300 Bourses d'excellence, soutenu plus de 120 thèses et financé plus de 40 start-ups. Tout cela n'est possible que grâce à votre soutien.

Donnez

Ambition 2020 Fondation Mines-Télécom Objectif :50M€

34,6M€